Pourquoi Astringence ?

Pourquoi Astringence ?

1 juillet 2018 0 Par Guillaume

L’astringence est une propriété liée aux tanins présents dans le vin ; elle est recherchée et est une caractéristique de certains vins élevés en fût de chêne. Si l’on exerce ces 5 sens à la dégustation, c’est ici le « toucher » du vin.

 

En Occident, hormis pour les tanins du vin, l’astringence est une sensation très peu mise en avant et rarement décrite. Au Japon, la notion d’astringence fait partie intégrante de la culture et de la vie ; c’est la saveur du kaki dont il existe des variétés douces et d’autres astringentes. Cette saveur est dite shibui (astringent). La notion y est éminemment positive puisque l’on parle d’un homme astringent, d’une couleur ou d’une voix astringente pour les valoriser et en souligner le raffinement discret; une forme de distinction.

 

Dans l’art comme dans le vin, tout n’est qu’équilibre et juste dosage. Un simple jus de raisin peut être fade ; lui donner de l’acidité confère de la fraîcheur, l’amertume du caractère et l’astringence de l’élégance. Toutes ces perceptions gustatives aboutiront à une tension qui maintien alerte notre palais et concentre l’émotion.

 

Lire aussi L’astringence de Ryoko Segikuchi (Argol Editions)

 

Saveur japonaise de l’entre-deux.

sekiguchi

Au cours de son expérience singulière du bilinguisme, entre les langues japonaise et française, Ryoko Sekiguchi a buté sur le mot astringent, ou plutôt sur l’écart entre ses significations françaises – où le mot désigne une substance qui a pour propriété de resserrer les tissus, ou, en tant qu’adjectif, ce qui est acerbe, âpre ou austère – et les acceptions de son équivalent japonais shibui, beaucoup plus étendues, voire antinomiques, lorsque ce mot prend en japonais un sens positif – signifiant alors peu voyant, d’apparence calme et d’une beauté discrète.

Cette esthétique «astringente» trouve son origine au XIXème siècle, lorsque le shogunat imposât des restrictions vestimentaires strictes, interdisant l’usage des couleurs vives et limitant le recours à certains motifs.

«Un «homme astringent», c’est un homme distingué, voire un peu dandy mais d’une grande discrétion ; bref tout le contraire du bling-bling.»

sekiguchiDes passions de l’auteur pour la littérature et la cuisine, et de ce voyage permanent entre deux langues est donc née cette réflexion de l’entre-deux, et sur l’extension sémantique du mot astringent au Japon, sur l’esthétique associée à ce mot, et enfin sur le kaki qui incarne au Japon le goût de l’astringent.

Arbre souvent croisé dans la littérature japonaise, le plaqueminier ou arbre à kaki, fruit qui «compte plus de mille variétés dont seulement dix-sept sont sucrées», est l’un des symboles les plus prégnants des paysages japonais, un archétype apprécié des auteurs de haïkus.

«Le vieux village
Pas une maison 
Sans arbre à kaki» (Bashô)

 

notes de lecture de Chraybde 7